+ BIENVENUE SUR LE SITE DES DOMINICAINS DE MARSEILLE +
vue interrieure

Nous aider

Si vous souhaitez nous soutenir,

● Adressez-nous vos dons
par chèque libellé à l’ordre de :
Fondation des Monastères

● Devenez bienfaiteur régulier

Le bulletin de soutien
Suivre les travaux


HORAIRES DU COUVENT
Plus d'infos

ADRESSE
35 Rue Edmond Rostand 13006 Marseille
Tel : 04 96 10 07 00
Métro Castellane

MESSE
Dimanche, 10h30
Du lundi au samedi, 12h05

CONFESSIONS
Avant la messe dominicale à partir de 10h dans l’église

OFFICES
Laudes à 07h30 en semaine et à 08h30 le dimanche.
Milieu du jour à 11h50 en semaine.
Vêpres à 19h00
Complies ou vigiles à 20h30
Les offices de laudes et de vêpres sont précédés d’un temps d’oraison silencieuse avec la communauté.

ADORATION DU TRÈS SAINT-SACREMENT
Le dimanche, et jours de Solennité de 18h15 à 18h50

A LA PORTERIE
Possibilité de rencontrer un frère (confession, bénédiction ou demandes de messes)
La porterie est ouverte de 9h30 à 11h45 et de 14h15 à 17h du lundi au vendredi.



Accueil > Liturgie > Homélies > Solennité de l’Epiphanie

trait

Solennité de l’Epiphanie

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 2,1-12.

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent :
« A Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
Sur ces paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie.
En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais il y à peine trois semaines une conjonction de planète annonçait la fin du monde, sauf dans une bourgade de l’Aude et nous avons assisté à une sur-médiatisation de cette prédiction venant de voyants ou de prophète de malheur s’exclamant : « Et toi Bugarach, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de l’Aude ; car de toi sortira un vaisseau spatial, qui te sauvera du chaos, en attendant que tous aillent à Carrefour Market achètent du sucre et de l’eau et prenent la route". Or, que s’est-il passé le 21 décembre 2012 ?
Rien, rien ne s’est passé et voila qu’aujourd’hui, on nous annonce la venue d’une comète pour 2014, dont on ne sait pas encore si elle va percuter notre terre. Je commence à avoir peur !!!
S’ils avaient un peu mieux lu les écritures tous ces prophètes du désespoir, ils auraient compris que la fin du monde avait bel et bien commencé, depuis 2000 ans et qu’il était normal qu’ils ne trouvassent rien à Bugarach en Aude, puisque c’est à Bethléem qu’il fallait aller. De plus, ils avaient deux mille ans de retard. Car, oui, la fin du monde a commencé, frères et sœurs, depuis la venue dans la chair de notre Seigneur Jésus Christ. A Bethléem a commencé la fin du monde soumis à la servitude du péché et de la mort, et Celui qui est entré dans notre chair fait advenir un monde où "la justice et paix s’embrassent et ou l’amour et la vérité se rencontrent". (ps.84)

Les mages scrutaient le ciel et les écritures et ces même écritures nous disent que fascinés par une étoile mystérieuse il s’étaient mis en route. Cette étoile qu’ ils ont étudiée et contemplée les a menés à une découverte extraordinaire.
Arrêtons nous, un instant, sur ces mages qui viennent d’Orient, il serait trop facile de les jeter dans le registre du mythe, car les mages sont présents dans la Bible et dans d’autres ouvrages anciens, selon les uns ce sont des astrologues babyloniens que les Grecs et les Romains appelaient Chaldéens et qui rappellent ceux que Nabuchodonosor avait interrogés (Daniel II 1-11) ; pour d’autres, ce sont des sages venus d’Arabie ou de Syrie, semblables à ces fils de Massa dont parlent les Proverbes, selon d’autres, encore, ce sont des prêtres perses, venus de Médie dont Hérodote parle dans son Histoire (I 101)
Chercheurs, scientifiques, la position des étoiles leur ont permis de faire ce qu’ l’on appelle un thème astral, qui selon les conceptions de l’époque, qui n’ont pas grand-chose à voir avec ceux d’Elisabeth Tessier dans « Télé 7 jours », leur avait annoncé cette naissance, qui plus est royale. Ces recherches les ont tellement bouleversés qu’ils se sont mis en route, avec leur attelage, pour trouver ce nouveau né.

Dieu se sert de préférence de ce que nous sommes et de la réalité qui nous entoure quand il veut nous atteindre et il s’est servi d’une étoile pour attirer ces mages, empreint d’astrologie. Nous avons vu son étoile à son lever et ce qu’il faut que nous retenions, c’est que Dieu s’exprime en mille langages et qu’il rejoint chaque homme sur le chemin qui lui est propre quand ce dernier cherche avec sincérité à rejoindre la Vérité : Celui-ci est illuminé par une inspiration, celui là fait une lecture ou entend, que sais-je une prédication de feu, qui parviendra à l’enraciner plus fermement en Dieu. Un autre fait une rencontre amicale qui bouleverse sa vie et qui le stabilise pour toujours dans la foi. Telle autre est victime d’un malheur et prend conscience que le chemin qu’il empruntait le menait droit vers le mur, et la prise de conscience de son erreur, voire de son malheur, permis par Dieu, est une main tendue par "le berger de son peuple" pour le mener sur d’autres chemins car" le Seigneur est mon berger sur des près d’herbe fraîches il me fait reposer" mais il est aussi présent quand "je traverse les ravins de la mort."
Au fond, à chacun son étoile pour avancer vers Dieu. Il faut impérativement ce matin, que nous comprenions, en cette belle fête de Épiphanie, que Dieu parle sans cesse empruntant mille chemins pour venir jusqu’à l’homme son enfant et surtout pour l’attirer jusqu’à son cœur.
Donc à chacun son étoile, les bergers ont suivi un ange qui les a mené au sauveur de l’humanité. Les mages ont suivi son étoile et sont arrivés à la connaissance du salut et nous aussi frère bien aimés, il y a des anges et des étoiles qui nous parlent mais le drame c’est que nous gardons la tête penché sur le terre, sur nos chaussures, sur l’immédiat de notre vie ramassant ci et là quelques parcelles de bonheur mais ne réfléchissant plus au vrai sens de notre vie, à ce qui peut l’épanouir, l’ensoleiller l’éblouir définitivement. Au fond l’homme s’égare en cours de route car il ne sait plus quel est le but du voyage. Il ne sait même plus que Dieu est là, qu’il l’a crée, des choses si fondamentales comme celles-ci. Voyez, les hommes parviennent même à les oublier !!!!
Et la jeunesse, parlons en de la jeunesse puisque nous l’aimons, la jeunesse c’est l’avenir. Oui disons-le, nous aimerions que la jeunesse se perde dans le ciel, contemplent les astres mais que de naufrages dans des paradis artificiels ou règne la facilité, allant de fêtes en fêtes sous des rasades d’alcool forts. Mes frères et sœurs que se passe-t-il donc dans nos sociétés gavées ? La jeunesse est-elle si malheureuse ? Si la jeunesse est malheureuse, il n’y a pas d’avenir !
Le ministère de la santé constate que, et ce sont les dernier chiffres, une augmentation de 50% d’hospitalisations en pédiatrie pour ivresse et tenez vous bien, ces chiffres concernent deux âges, les moins de 15 ans et les 15-25 ans. 47% des jeunes déclarent avoir été ivres dans les 12 derniers mois ! Sans parler de cette satanée drogue à laquelle le jeunesse de ce siècle se livre sans hésitation, ni scrupule et qui lui vole sa fraîcheur et sa joie de vivre et sa capacité à s’ouvrir à Dieu. Ces comportements sont le signe d’un mal être bien enraciné, c’est l’absence de Dieu dans les cœurs. Et ou sont les parents de ces petits inconscients ou désespérés ? N’allez pas chercher trop loin, surtout pas dans les crises notre système économique, politique qui ne sont que les évanescences d’un monde sans Dieu et qui perd la tête et court à sa ruine. Il faut lutter frère et sœurs, contre la banalisation de ce type de comportement si nous voulons que notre jeunesse garde sa fraîcheur et plus encore il faut les former à résister contre la mal qui les endort et qui les tue. Les mages montrent, par leur attitude, que leur esprit et leur volonté étaient concentrés sur le but à atteindre." Qui cherche trouve, à qui frappe, on ouvrira". Oui la volonté est une faculté maîtresse une fois qu’elle est éclairée par l’intelligence. Leur intelligence a scruté le ciel, l’étoile a paru, cela fut la réponse attendue, ils se sont mis en route, vides qu’ils étaient de ce Dieu inconnu mais dont ils savaient intuitivement qu’il était l’objet de toutes leurs recherches. Ils avaient tout compris, ces mages à force de regarder le ciel et en soumettant leur volonté à ce guide des cieux, ils ont parcouru le chemin, et ont trouvé celui qui était l’objet de leur quête et qui seul était capable de combler leur désir.

Ils regardaient le ciel mais maintenant ils penchent leurs têtes vers la terre où repose le ciel incarné ! Ils adorent enfin ! Ils sont venus la tête dans les étoiles et devant l’enfant Dieu, ils adorent à genoux et c’est ainsi qu’ils peuvent acter la fin du monde soumis à ses forces d’injustice et de guerre, de convoitise et de haine. Ils repartent le cœur remplis d’une présence qui les mènera vers ce ciel tant aimé. Ils ont maintenant tout ordonné dans leur vies autour ce de cet enfant-Dieu qu’ils adorent. Ils peuvent maintenant prendre de grandes résolutions pour leurs vies respectives

En se mettant à genoux, et en offrant l’or, les mages nous disent que la vraie richesse n’est pas dans l’accumulation de fortune, dans ce que l’on a mais dans ce qu’il est Lui, Jésus : Le trésor des nations, celui qui nous donne la vie, l’amour, la paix, la joie, capable de nous combler si nous nous mettons à son école, à ses pieds. Il met fin à la convoitise et à l’injustice.

En se mettant à genoux et en offrant l’encens, ils mettent fin à leur quête de Dieu mais aussi à toute tentations de domination, de pouvoir, d’asservissement, par la connaissance ou le statut social. Ils mettent fin à la tentation d’Adam, « vous deviendrez des dieux ». Ils offrent l’encens à celui qui leur montre le chemin de la l’adoption filiale, le verbe s’est fait chair afin que nous de venions fils de Dieu. C’est par notre obéissance à la sienne que nous devenons des dieux

En offrant la myrrhe, en signe de sa sépulture, ils pressentent que la mort, dès aujourd’hui, n’a plus dernier mot et qu’elle n’est qu’un passage et que l’odeur prégnante de cet onguent est désormais annonciatrice de vie éternelle et de résurrection. Par sa venue le Christ nous donne une réponse à une question fondamentale, Il nous a redonné l’espérance face à l’ angoisse existentielle de la mort.
Frères et sœurs, quelle résolution fondamentale avons-nous prise ou allons nous prendre en ce début d’année ?
Amen


Frère Pierre VEILLER, o.p.
Article publié le 7 janvier 2013