+ BIENVENUE SUR LE SITE DES DOMINICAINS DE MARSEILLE +
vue interrieure

Nous aider

Si vous souhaitez nous soutenir,

● Adressez-nous vos dons
par chèque libellé à l’ordre de :
Fondation des Monastères

● Devenez bienfaiteur régulier

Le bulletin de soutien
Suivre les travaux


HORAIRES DU COUVENT
Plus d'infos

ADRESSE
35 Rue Edmond Rostand 13006 Marseille
Tel : 04 96 10 07 00
Métro Castellane

MESSE
Dimanche, 10h30
Du lundi au samedi, 12h05

CONFESSIONS
Avant la messe dominicale à partir de 10h dans l’église

OFFICES
Laudes à 07h30 en semaine et à 08h30 le dimanche.
Milieu du jour à 11h50 en semaine.
Vêpres à 19h00
Complies ou vigiles à 20h30
Les offices de laudes et de vêpres sont précédés d’un temps d’oraison silencieuse avec la communauté.

ADORATION DU TRÈS SAINT-SACREMENT
Le dimanche, et jours de Solennité de 18h15 à 18h50

A LA PORTERIE
Possibilité de rencontrer un frère (confession, bénédiction ou demandes de messes)
La porterie est ouverte de 9h30 à 11h45 et de 14h15 à 17h du lundi au vendredi.



Accueil > Communauté > Noviciat

trait

Noviciat

Les novices font l’apprentissage de la vie dominicaine sous la houlette de leur Père Maître.

Différant par l’âge, l’origine sociale, les études, l’activité professionnelle, il s’agit pour eux à la fois de vérifier la réalité de leur appel, de s’initier à la vie religieuse dans l’Ordre des Prêcheurs et de mûrir au soleil de la grâce, autant humainement que spirituellement.

Le couvent de Marseille est le noviciat de la Province dominicaine de Toulouse. Les jeunes qui entrent dans la Province y prennent l’habit et y passe leur première année de vie religieuse dominicaine.


Les articles - (8) 1 | 2

Le postulat

La vie dominicaine est organisée en couvents et provinces, de même que l’Église est organisée en diocèses et la vie monastique en monastères. Celui qui veut réaliser une vocation va devoir faire un choix concret. La vocation « en général » est une vue de l’esprit. Un jour ou l’autre, il faut bien prendre une décision. Il ne suffit pas d’avoir une vocation sacerdotale, encore faut-il entrer dans un diocèse ; de même pour la vocation monastique, le choix du monastère est primordial.
Lire la suite

Le noviciat

Le noviciat est une étape déterminante. Il peut se comparer au temps des fiançailles, car il ne comporte aucun engagement définitif. Le novice, comme la province, peut à tout moment, comme il est expressément déclaré dès le début, reprendre sa liberté (LCO 183, § 1).
Lire la suite

Discerner l’appel

La vocation religieuse est un don de Dieu, Elle est un appel auquel il faut répondre. Cet appel n’est pas toujours limpide. Comme dit le psaume : « Non point récit, non point langage, nulle voix qu’on puisse entendre » (Ps 18, 4). Une conjonction de plusieurs données qui se mêlent et interfèrent :
le désir de consacrer sa vie à Dieu
une certaine passion pour l’annonce de l’Évangile
la rencontre d’un couvent de frères ou d’un monastère de moniales, celle d’un frère ou d’une sœur, la lecture d’un livre...
Lire la suite

Critères de dicernement

Quels sont les points de repère qui permettent d’analyser si l’on a, ou pas, une vocation dominicaine ? Il faut dire, avant tout, que l’on n’entre pas dans un ordre comme celui des frères prêcheurs, en étant déjà tout formé, ni même en étant entièrement déterminé. La vie religieuse dans cette tradition (...)
Lire la suite

Prise d’habit

Si les novices reçoivent l’habit de l’ordre dès le premier jour, ce n’est pas neutre. Ils sont invités à entrer tout de suite dans la peau d’un religieux qu’ils ne sont pas encore. La mue, comme il est normal, commence par la peau. La peau du visage de Moïse rayonnait de lumière (Ex 34, 29 sq.). Le reste s’en suit, du plus extérieur au plus intérieur, de l’apparent à l’invisible, de l’explicable au plus mystérieux. Le novice doit entrer dans les mœurs des religieux, qui ne sont pas et ne doivent pas être les mœurs du monde. Il y a des coutumes, des traits et une part de folklore, comme dans lout groupe vivant et qui fonctionne bien. Il ne s’agit pas seulement de les connaître, mais de les adopter par ce mimétisme qui marque le premier temps de toute éducation, de toute transmission, de toute « tradition ».
Lire la suite
1 | 2